Rafles à Belleville devant des écoles : les intimidations répétées et sournoises du petit Nicolas Sarkozy

Feu Lucie Aubrac, résistante, décédée il y a quelques jours, a dit « N’oublions que résister se conjugue au présent ». Alors que la colère gronde dans le quartier de Belleville gronde sous les provocations et ordres du petit Nicolas Sarkozy qui ne se gêne pas pour donner des ordres afin d’intervenir à la sortie des écoles devant les regards médusés des enfants… Des rafles comme au temps le plus sombre de l’Histoire de France du 20e siècle. Rue Rampal, cette honte de cette rafle infâme et cette mobilisation citoyenne qui filme, qui intervient, qui dit non aujourd’hui et demain à faire naître la peur de l’autre, ce racisme rampant qui veut être aboli. Aujourd’hui, demain, les médias seront sans doute plus sensibles à relayer le fait que la liberté c’est d’agir pour vivre dans une société apaisée et pas dans une peur exacerbée. Le 21 avril sera crucial. Entre l’Etat Policier du petit Nicolas Sarkozy dans toute son ignominie qui est en train de s’installer et une vie ensemble respectueuse de chacun comme le propose Ségolène Royal, il n’y a qu’un seul choix : celui de la tolérance, celui du choix d’une liberté assumée, d’enfants pouvant aller à l’école sans se retrouver nez à nez avec des pratiques ignobles. Le 21 avril, le vote utile et assumé sera celui pour Ségolène Royal.

Le Parti socialiste s’est rapidement déclaré « choqué de l’usage de la force à l’encontre des parents d’élèves qui ont exprimé leur solidarité face à l’interpellation de parents et grands-parents en situation irrégulière venu chercher leurs enfants à la sortie d’écoles parisiennes. Ces incidents sont graves. Une enquête devra être menée sur l’usage de gaz lacrymogènes à proximité d’une école.

Le Parti socialiste dénonce les méthodes scandaleuses utilisées pour traquer les étrangers. Après les distributions des Restos du Cœur, ce sont les sorties d’écoles qui sont visées. Ces pratiques devenues courantes sous l’impulsion du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy ne sont pas seulement choquantes sur le plan moral, elles sont également dangereuses parce qu’elles isolent les populations visées, les marginalisent et les condamnent à s’en remettre aux filières clandestines. »

Advertisements

0 Responses to “Rafles à Belleville devant des écoles : les intimidations répétées et sournoises du petit Nicolas Sarkozy”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :